fbpx

C’est parce que mon métier de vigneron est incroyablement beau et terriblement vaste, et c’est parce que j’ai besoin de vous le montrer et de remercier toutes les personnes qui me soutiennent, que je suis heureux de vous en faire découvrir un volet à travers cette séquence « ces grappes, mes bébés ».

J’ai envie de faire le parallèle entre la vie de mes vins et celle des hommes et des femmes que nous sommes.

Dans les deux cas, tout commence par une petite graine. Un pépin ou un spermatozoïde. Le pépin est le résumé et l’essentiel de ses parents, le Cépage. Planté, il aura pour seule mission de perpétuer la vie de son espèce. Pour ce faire, la graine doit pousser dans un terroir de caractère à la fois protecteur et émancipateur. La beauté de la vie peut alors commencer. Celle qui lui permet de grandir pour devenir vignes et raisins. Comme dans le ventre de nos mamans, c’est un environnement complexe et une alchimie prodigieuse qui va, au terme d’une saison, donner naissance à une myriade de merveilleuses petites grappes. Je compare les vendanges à un accouchement ? Bien-sûr que oui !

Toutes ces grappes que nous allons chérir et élever sont les fruits de plusieurs mois de souffrance et d’attention dans nos parcelles de vignes. Sylvain et Kévin, en charge du vignoble, sont aussi leurs papas. Elles sont nos bébés que nous appelons MarsanneSyrah ou Roussanne. Une fois adulte, nous les appellerons HermitageCrozes-Hermitage ou peut-être même Saint-Joseph. Mais avant, je sais qu’elles contiennent l’intégralité de l’ADN de mes prochaines cuvées. Tout y est. Toute la majestuosité de mes futurs vins est déjà là, bien présente. Il suffit pour moi, désormais, de bien m’en occuper et de les élever comme un bon père de famille. Avec amour, passion et discipline, pour dévoiler ce fabuleux potentiel à venir. Mais nous n’en sommes pas encore là. C’est encore le temps des vendanges et j’entends mes grappes qui m’appellent. Elles ont besoin de moi.

Et, elles sont plutôt nombreuses : environ 650 000 pour les 15 ha du Domaine Laurent Habrard !…